Les jeunes filles et Tsahal, un Devoir ou un Droit?

Les jeunes filles et Tsahal, un  Devoir ou un Droit?

Photo: porte parole Tsahal

par Haim Ouiezman

«Heureuse l’allumette qui se consume et attise les flammes…» (Hanna Senesh).

Les jeunes filles ont-elles une place dans TsaHaL, l’Armée de Défense israélienne? Cette question, qui a toujours fait l’objet de maints débats, suscite un nouvel émoi au sein de la société civile israélienne. Le rav Ygal Levinshtein, rav-éducateur au Collège prémilitaire d’Eli, s’opposant à la mixité entre jeunes gens-jeunes filles combattant(e)s pendant le service militaire obligatoire, vient de franchir de nouveau le Rubicon.

 

«On a rendu folles nos filles en les enrôlant à l’armée. Elles y entrent comme Juives et au bout, elles ne sont plus Juives, non pas au sens génétique. Tout leur système de valeurs s’en trouve perturbé, leurs choix de priorité, la maison ou la carrière, ils les rendront toutes folles. Nous ne sommes pas disposés à accepter cela, nous devons nous y opposer».

Les propos du rav Igal Levinshtein, considérés comme scandaleux par la majorité de la population, sont largement soutenus par la direction spirituelle des rabbins affiliés au mouvement sioniste n’encourageant point le service militaire de deux ans pour les jeunes filles religieuses. Cette tension relative à l’enrôlement des jeunes filles aux côtés de jeunes gens n’est point nouvelle en Israël.  Les jeunes filles ont-elles ou non une place réservée dans TsaHaL? Est-il légitime de considérer que c’est TsaHal qui détruit délibérément ou non l’éducation religieuse reçue à la maison et à l’école? Ces jeunes filles contribuent-elles vraiment à l’effort de défense du territoire  assailli de toutes parts par l’ennemi arabe?

suite dans le prochain numéro d’Israël Magazine

more recommended stories

Israelmagazine All rights reserved Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.