Israël: LA loi Facebook NECESSAIRE MAIS controversée

 

Le Parlement israélien a approuvé hier en première lecture un projet de loi permettant à la Justice de supprimer des contenus considérés comme incitant à la violence mis en ligne par des sites comme Facebook ou YouTube. Ce projet doit encore être examiné en deuxième et troisième lecture avant d’être adopté définitivement.

Le texte soutenu par la ministre de la Justice Ayelet Shaked et par le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, autorise le tribunal à ordonner à des sites comme Facebook, YouTube ou Google de supprimer certains contenus, a annoncé Shaked dans un communiqué. Une telle mesure pourra être prise pour des contenus mis en ligne représentant « un danger réel pour la sécurité d’un individu, la sécurité du public ou la sécurité du pays ». « La nouvelle loi est indispensable pour fournir les outils permettant d’agir immédiatement pour retirer des contenus pouvant mener à des actes de terrorisme et de meurtre », a souligné Erdan.

Connu en Israël sous le nom de « projet de loi Facebook », le texte suscite l’inquiétude d’ONG et des Palestiniens qui craignent qu’il ne porte atteinte à la liberté d’expression et d’information. Israël a tenu cette année des discussions avec des responsables de Facebook à ce sujet. En septembre, Shaked avait affirmé que le géant américain avait supprimé 95% des publications qu’Israël lui avait demandé de retirer.

Selon l’Institut pour la démocratie en Israël, le projet est « sans précédent » dans sa forme actuelle, comparé à d’autres législations ailleurs dans le monde. Il a dit craindre qu’il ne « facilite un niveau de censure disproportionné ». Les Palestiniens redoutent que cette campagne ne conduise à une censure de l’information et soupçonnent Israël d’être derrière la fermeture de deux comptes en septembre.

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.