fbpx

Israël invite le prince héritier saoudien

Salmane

 

Salmanele prince saoudien Salmane

Israël Katz, Le ministre israélien du Renseignement, a affirmé mercredi que le gouvernement israélien invitait le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane, à venir en visite bien que les deux pays n’aient pas de relations diplomatiques. Les dirigeants israéliens répètent que l’influence grandissante de l’Iran et les inquiétudes qu’elle suscite, notamment chez l’Arabie saoudite, créent une nouvelle convergence d’intérêts. Ils laissent entendre qu’elle pourrait conduire à une reconfiguration diplomatique régionale alors que seuls deux pays arabes (Egypte, Jordanie) ont reconnu Israël. Israël Katz, qui est aussi ministre des Transports et membre du cabinet restreint chargé des questions stratégiques, a évoqué cette invitation dans un entretien au site d’informations en ligne Elaph, fondé par un homme d’affaires saoudien et basé en Grande-Bretagne, a précisé son porte-parole Arye Shalicar. Son invitation ne figure pas dans la version mise en ligne par Elaph. Le porte-parole n’a pas été en mesure de préciser pourquoi. Mais quand la radio militaire israélienne a à son tour demandé au ministre si le gouvernement invitait le prince héritier saoudien, M. Katz a répondu « oui, absolument ». « Il s’agit d’une demande, je ne peux dire qu’il y a eu une coordination sur ce sujet (avec les Saoudiens) et il est évident que cela ne se produira pas demain », a-t-il précisé. « J’appelle l’Arabie Saoudite, le pays le plus riche et le plus influent du monde arabe, à prendre l’initiative et à représenter les Palestiniens, qui sont trop faibles et trop divisés », a-t-il ajouté.

« L’Arabie saoudite reconnaît davantage Israël que les Palestiniens », a-t-il dit.

Selon lui, il existe un « grand potentiel de coopération » entre les deux pays contre l’Iran, « notre ennemi absolu ». Selon son porte-parole, M. Katz a dit à Elaph demander « au roi (saoudien) d’inviter officiellement le Premier ministre (israélien) Benjamin Netanyahou à Ryad et (demander) au prince héritier Mohamed Ben Salmane, son fils, de venir visiter Israël ». M. Netanyahou a déjà évoqué un rapprochement avec les « pays arabes modérés », sans les nommer, en faisant apparemment référence à l’Arabie Saoudite et aux monarchies du Golfe.

En novembre, le chef d’état-major israélien le général Gadi Eisenkot avait affirmé dans une interview à Elaph qu’Israël était prêt à coopérer et à échanger des renseignements avec l’Arabie saoudite « pour faire face à l’Iran ». Les pays arabes n’ont fait aucune déclaration sur un éventuel rapprochement avec Israël. Dans son entretien avec Elaph, M. Katz a par ailleurs lancé une mise en garde contre le Hezbollah libanais, allié de l’Iran. Il a prévenu que si le mouvement chiite déclenchait une guerre contre Israël, « le Liban tout entier serait cette fois-ci la cible ». « Ce qui est arrivé (lors de la guerre de 2006) ne sera qu’un pique-nique comparé à ce qui pourrait arriver » cette fois, a-t-il ajouté.

 

Nvidia crée un centre de Recherche et développement en Israël sur l’intelligence artificielle

 

 

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.