Le soldat Elor Azaria entre en prison militaire a Tzrifine.

 

La cour d’appel militaire a confirmé le 30 juillet un jugement de première instance condamnant Elor Azaria à 18 mois de prison fermes pour homicide volontaire.

Le soldat israélien condamné pour avoir achevé un terroriste palestinien blessé s’est présenté ce mercredi 9 août à la prison militaire de Tzrifin (Le Palestinien venait d’attaquer des soldats au couteau. Atteint par balles, il gisait au sol, apparemment hors d’état de nuire) Elor Azaria assurait avoir craint qu’Abdel Fattah al-Sharif ne dissimule une ceinture d’explosifs sous ses vêtements.  Israël étaient alors en proie à une vague de violences palestiniennes. Elor Azaria doit purger une peine de 18 mois. L’arrivée d’Elor Azaria à la base de Tzrifine, près de Rishone Lezion, a été retransmise en direct par les télévisions. Elor Azaria, en t-shirt, affichait le meme sourire tendu que lors de ses apparitions publiques.

Le jeune homme de 21 ans au visage rond et au crâne rasé, a gardé le silence. « Au bout du compte, je rentre en prison la tête haute », disait-il à ses supporteurs la semaine passée dans une vidéo sur les réseaux sociaux.  Il n’a jamais exprimé de remords. « Je n’aurais pas tiré si j’avais su que le terroriste ne portait pas de bombe », disait-il néanmoins la semaine passée dans sa déclaration.

Selon des sondages, les deux tiers des Israéliens sont favorables à ce qu’il soit gracié. De nombreuses personnalités de droite ont volé à son secours. Après avoir commencé par soutenir la décision de l’état-major de juger le soldat, Benyamin Netanyahu a fini par faire appel à la grâce. L’affaire a mis à l’épreuve l’armée comme un facteur d’unité nationale. Elor Azaria encourait 20 ans de prison. Des organisations de défense des droits de l’Homme comme Amnesty International se sont senties confortées par la peine de 18 mois fermes. L’état-major doit se prononcer à une date non précisée sur une demande formulée la semaine dernière par Elor Azaria de commuer sa peine en travail d’intérêt général, pour pouvoir «reconstruire (sa) vie et la vie de (sa) famille, et recoller les morceaux ». Le soldat peut aussi demander sa grâce au président Reouven Rivlin.

S’abonner ou se réabonner à Israël Magazine

 

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.