Notice: Undefined index: ga_dash_tracking_type in /home/israelmagh/www/wp-content/plugins/google-analytics-dashboard-for-wp/config.php on line 400
Dan Groover, le Groove dans les doigts - Israel Magazine

Dan Groover, le Groove dans les doigts

Groover

Dan Groover, le Groove dans les doigts

 

Groover

 

J’avais interviewé Dan Groover il y a une quinzaine d’années à Jérusalem et j’étais curieux de retrouver le peintre qui, à l’époque, balbutiait, seul, son art dans les rues de la capitale. Aujourd’hui le jeune homme réservé est devenu un homme prolixe, très prolixe, qui de plus a décidé de faire son Alya à……… Tel-Aviv. C’est un homme religieux, relié devrais-je dire, qui danse avec les mains, peint avec la tête et pense avec le ciel.

L’enfant qui dansait dans les rues de Noisy le sec, qui swinguait le hip hop au Queens à Paris et qui peignait ses graffitis à New York sous les fenêtres d’Andy Wharol,  croisant de très loin le fameux Basquiat, l’enfant a grandi, et il vient de planter son chapiteau dans les ruelles vétustes du quartier Florentine, ce quartier attachant d’artistes et de bobos, coincé entre Yaffo et Rothschild plus au nord. C’est là que je le rencontre dans son atelier qui foisonne de couleurs dont je devinerai qu’elles procèdent manifestement de son passage dans les Caraïbes, et   qui abonde de styles souvent contradictoires, toujours captivants.

Bilan social: Relative Désinvolture des Israéliens

Deux heures de conversation et j’aurai presque envie de dire que la peinture n’est en fait qu’un outil entre les mains de Dan, le meilleur dont il puisse se servir pour apprendre et à enseigner. Pour lui chaque toile est une main tendue vers le créateur, une ligne secrète cependant, et si l’art Judaïca n’est pas trop sa tasse de thé, tout dans ses tableaux le rapproche du Judaïsme mais aussi du cercle sacré de l’universel ; tout scande Israël. Bien sûr, insistera-t-il, ses tableaux ne montrent pas de mariages juifs, de synagogues, ni le Mur des Lamentations. Mais il me dit raconter une histoire dans ses tableaux, une histoire cachée, un message que chacun selon son histoire, sa vie, interprétera ou inventera. Quand Dan Groover peint Albert Einstein son message est celui de la sagesse du physicien non pas une sagesse juive mais une sagesse universelle. Tout comme croquer le rabbi de Loubavitch – qui était, me rappelle Dan, sollicité par tous les grands de ce monde- c’est faire appel à la conscience du monde et pas seulement à celle des Juifs. L’atelier de Dan est empli de tableaux représentant des casques qui sont là pour que chacun puisse entendre son âme et celles des autres.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965008faa8cac8dc1?authid=H07rFezd5v8e

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.