DaechLeaks: Un repenti de Daech fournit l’identité de 22000 djihadistes

Etat islamique EIPlusieurs pays occidentaux étudient la liste de noms révélée jeudi par des médias européens. Mais des doutes subsistent sur son authenticité.

Nom, adresse, numéro de téléphone, nationalité. Le butin pourrait être inestimable pour les services de renseignements. Les fiches dûment remplies par 22.000 ressortissants de 51 pays ayant rejoint le groupe Etat islamique révélées par les médias allemands et britanniques pourraient s’avérer dévastatrices pour l’organisation terroriste. Mais certains experts émettent des doutes sur leur authenticité.

Clé USB

Ces documents, que la chaîne britannique Sky News explique avoir reçu sur une clé USB de la main d’un ancien combattant de l’Armée syrienne libre (ASL), passé dans les rangs de Daech, sont présentés comme les formulaires que l’organisation Etat islamique soumet à ses recrues. Des questionnaires en 23 points qui en disent long sur le profil des aspirants djihadistes. Outre l’identité du candidat, on y trouve son niveau d’éducation, les pays qu’il a traversés (Yémen, Soudan, Tunisie, Libye, Pakistan, Afghanistan) ou encore par qui il est recommandé. Un espace est réservé à son souhait «professionnel»: espion, soldat ou kamikaze.

Certains noms apparaissant sur cette liste sont connus, précise Sky News, à l’instar d’Abdel Bary, l’ex-rappeur soupçonné un temps d’avoir décapité le journaliste James Foley. D’autres recrues, inconnues des services de police, se trouveraient encore dans leur pays, en Europe et aux Etats-Unis notamment. L’homme à l’origine de cette fuite se fait appeler Abou Hamed. Il serait caché en Turquie. Déçu par les agissements de Daech, qui «ne respecte plus les règles de l’islam», il aurait dérobé ces fichiers au chef de la police interne de l’organisation, espérant ainsi entraîner la chute du groupe terroriste. Autre information, selon ce repenti que la chaîne britannique a pu interviewer, Daech serait en train d’abandonner son QG de Raqqa pour s’installer en plein désert syrien. En dernier recours, les djihadistes envisageraient de regagner l’Irak, «berceau» de la formation.

Plusieurs experts du djihad émettent des doutes sur l’authenticité de ces documents, en raison notamment de leur mise en page qui ne semblent pas correspondre aux papiers officiels du groupe Etat islamique. Certaines formulations inhabituelles ainsi que la présence d’un drapeau en bas de page ont aussi été relevées par les spécialistes qui ont analysé l’exemplaire mis en ligne par Sky News. La chaîne qui n’a pas publié les documents en intégralité affirme les avoir transmis à la justice. En revanche, le site d’information proche de l’opposition syrienne Zaman al-Wasl, qui dit aussi détenir un exemplaire de ce document, en a diffusé une partie en début de semaine sur le Net, en précisant qu’il contenait de nombreuses répétitions et qu’au final on pouvait retenir 1700 noms.

Liste à la vente

Hier, la police criminelle allemande (BKA) a de son côté expliqué avoir connaissance de listes de recrues allemandes. «Nous partons du principe qu’il s’agit très probablement de documents authentiques. Nous les prenons donc en compte dans le cadre de nos poursuites judiciaires et de nos mesures de sécurité», a-t-elle déclaré, sans vouloir se prononcer sur les 22 000 noms cités par Sky News. Selon Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève, «cela fait plusieurs mois que les renseignements allemands ont ces documents». Documents qui ne seraient pas récents, précise-t-il, ils dateraient de 2013, soit avant la proclamation du califat en juin 2014. Cette liste est proposée à la vente par un certain nombre de repentis du groupe Etat islamique entre le nord de la Syrie et la Turquie, ajoute encore le chercheur. Ce qui pourrait expliquer que plusieurs médias occidentaux, dont le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et les deux télévisions publiques NDR et WDR, soient en sa possession.

Ressource inestimable

Par ailleurs, les services de sécurité suédois (Säpo) ont également indiqué connaître l’existence de ces formulaires. «De tels renseignements parviennent aux services de sécurité, mais nous ne rendons pas public ce que nous en faisons», a déclaré un responsable, selon qui «il est trop tôt pour dire» s’ils sont authentiques et exploitables. Quant à l’ancien patron du contre-terrorisme au sein du renseignement extérieur britannique, Richard Barrett, il qualifie ces données de «ressource inestimable pour les analystes».

ILMAG abo

EMAG abo

OU ACHETER

Pour tout renseignement : darmon7@gmail.com
Tél : 03 562 2500 ou 054 254 45 20
Fax : 03 562 2600
Tél de France : 01 83 62 65 20

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.