Israël : Elor Azaria écope de 18 mois de prison

Elor Azaria

Il a été condamné de plus à un an deprison avec sursis et à la rétrogradation du grade de sergent à simple  soldat. Les juges ont expliqué que le soldat avait porté atteinte à la «pureté des armes», un concept utilisé qui fait de l’armée israélienne la «plus morale du monde». Elor Azaria avait été reconnu coupable d’homicide après avoir achevé un terroriste palestinien, il y a un an, à Hébron, ce qui etait passible de vingt ans de prison. Des ministres réclament la grâce présidentielle.

Le tribunal militaire israélien a choisi mardi la voie de la mansuétude pour le sergent Elor Azaria. Ce sergent de 21 ans a été condamné à dix-huit mois de prison ferme, à l’issue d’un procès passionné. Le drame s’est déroulé le 24 mars 2016 quand le sergent Elor Azaria était en service à Hébron. Deux terroristes palestiniens poignardent un soldat israélien. L’un est mortellement touché par des tirs, le second, Abdel al-Charif est blessé et s’écroule. Plusieurs minutes après l’attaque, Elor Azaria arrive, vise le Palestinien à la tête et tire, alors que celui-ci ne bouge plus. La  scène est filmée. C’est donc le premier procès intenté contre un militaire soupçonné d’homicide volontaire depuis douze ans. Benyamin Netanyahou téléphone au père d’Elor Azaria pour le consoler. Une démarche dénoncée comme une «ingérence intolérable» dans un État de droit. La droite le présente comme un héros qui n’a fait qu’exercer un droit de vengeance légitime contre un terroriste.

Les militaires rétorquent qu’Elor Azaria a violé les consignes de tirs en ouvrant le feu ; alors que sa vie n’était pas en danger. Mais ils ont malgré tout accordé des circonstances atténuantes en raison du danger permanent «en territoire hostile» auxquels les jeunes soldats sont confrontés, à «l’inexpérience» d’Elor Azaria et aux «souffrances» endurées par sa famille. Selon les sondages, une grande majorité des Israéliens soutient le soldat. Finalement, les juges ont infligé une peine a minima, ce qui n’a pas empêché quelques centaines de manifestants de dénoncer le jugement «honteux». Le soldat a deux semaines pour faire appel. Il peut également demander une remise de peine de la part du commandant de la région militaire dont il dépend, procédure que lui a conseillée Avigdor Lieberman, le ministre de la Défense.

more recommended stories

Israelmagazine All rights reserved Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.