Après les tirs de missiles iraniens en Syrie et l’attentat de Daësh à Jérusalem

Autres inquiétudes et mises en gardes israéliennes…

 Nouvelle donne stratégique dans un Moyen-Orient pourtant déjà saturé de guerres : croyant répliquer à la double attaque menée le 7 juin dernier à Téhéran  par des commandos de Daësh contre le parlement et le mausolée de l’ayatollah Khomeiny qui avait fait 17 victimes, les Gardes Révolutionnaires iraniens ont tiré le 18 juin 7 missiles Zolfaghar de 750 kms de portée contre des positions de l’Etat islamique (EI)  autour de Déïr Ez-Zor dans l’est syrien, sans que 6 de ces fusées n’atteignent leur cible. Une riposte qualifiée d’« énorme fiasco militaire » par Oudi Yaari, l’expert en Affaires arabes à la 2ième Chaîne de télé israélienne et ancien éditorialiste d’Israël Magazine.

Or même si ces tirs sans précédent constituent un échec flagrant entamant la réputation déjà pas fameuse de l’armée de l’air iranienne, ils constituent toutefois une sérieuse et quadruple mise en garde adressée à l’Arabie Saoudite et aux USA, mais aussi à la Jordanie et à Israël qui s’inquiètent de la récente avancée des troupes iraniennes sur le Golan syrien. C’est en effet la 1ière  fois depuis la longue et sanglante guerre Iran-Irak au cœur des années 1980 que Téhéran catapulte des fusées balistiques en dehors de son territoire…

Commentant ces tirs, le Sheikh Hussein al-Islam, conseiller du chef de la diplomatie iranienne, devait préciser : « Israël, qui est le principal ennemi de l’Iran, a  de quoi s’inquiéter ! ». Ce à quoi le Premier ministre Binyamin Netanyahou devait répliquer en déclarant : « Nous suivons de près les actions de l’Iran et analysons toutes ses déclarations. J’ai un message pour Téhéran : qu’il ne s’avise pas de menacer Israël ! Notre armée et nos forces de sécurité surveillent l’activité de ce pays terroriste dans la région : des agissements allant de son intention de s’établir en Syrie jusqu’à ses transferts d’armes au Hezbollah et d’autres types d’opérations ».

Sujet supplémentaire d’inquiétude sécuritaire pour Israël : après l’attaque menée par un commando de Daësh à Jérusalem qui a coûté la vie le 17 juin dernier à  Hadass Malka, une jeune membre de la Police des Frontières, les experts du Pentagone ont mis en garde les chefs sécuritaires israéliens en leur demandant de « prendre au sérieux les menaces de l’EI ». « Suite à l’attaque de Daësh à Téhéran et après ses nombreux revers en Syrie et en Irak, explique ainsi Michael S. Smith, un expert en terrorisme conseiller auprès du Congrès américain et du Conseil national de Sécurité qui avait prédit qu’Israël serait ‘le prochain sur la liste’, cibler Israël semble désormais pour l’EI un bon moyen d’attirer de nouvelles recrues et de se distinguer de ses concurrents. Les Israéliens et le Hamas ont hésité à rendre Daësh responsable de l’attaque de Jérusalem, craignant de lui accorder trop de crédit. D’autant qu’Israël  ne veut pas pousser l’EI à entrer dans une concurrence qui mènera ces deux groupes islamistes à une approche encore plus violente dans leur conflit avec Israël  ».  RICHARD DARMON

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.